Comment devenir un intermittent du spectacle ?


Évoluer dans le milieu de l’audiovisuel ou du cinéma en tant qu’intermittent attise la curiosité de plus d’un. Découvrons ensemble qui sont les intermittents du spectacle et les conditions requises pour intégrer ce régime.

Selon Pôle emploi, « Les intermittents sont des salariés du spectacle vivant ou enregistré sous statut salarié qui sont engagés par succession de contrat à durée déterminée ».

Le principe de ce régime repose sur une indemnisation particulière par Pôle emploi. Ainsi, l’artiste ou technicien qualifié d’intermittent par l’institution chargée de l’emploi en France est éligible pour des indemnités pendant l’entre-deux contrats.

Pour bénéficier de ces indemnités, l’intermittent du spectacle doit d’abord détenir un contrat à durée déterminée (CDD). Il doit également répondre à plusieurs critères :

  • avoir perdu un emploi
  • être inscrit comme demandeur d’emploi
  • être à la recherche effective et permanente d’un emploi
  • être apte physiquement
  • ne pas pouvoir bénéficier d’une retraite à taux plein
  • ne pas bénéficier d’une retraite carrière longue, travailleurs handicapés, incapacité permanente
  • n’avoir pas quitté volontairement votre emploi
  • justifier d’au moins 507 heures de travail.

Il faut préciser également que les intermittents ne peuvent pas faire partie du chiffre d’affaires d’une association dans laquelle ils sont salariés. Il ne peut également pas être gérant ou mandataire de société.


L’histoire des intermittents du spectacle



En effet, ces professionnels du spectacle sont de plus en plus nombreux, depuis la création du régime, en 1936. À l’époque les producteurs de cinéma, avec le soutien du gouvernement du Front populaire, avaient eu recours à ce régime de salariés qualifiés d’intermittent. Ce système poussait quelques professionnels (même si beaucoup refusaient les emplois ponctuels au détriment d’un emploi fixe) à découvrir l’univers cinématographique. Ils étaient alors reconnus au cachet intermittent.

25 ans après, des dispositions similaires refirent surface pour les intermittents du spectacle avec , cette fois-ci, des conditions conformes aux annexes 8 et 10 au Règlement général de l’assurance chômage.

Aujourd’hui, les plus grands font appel à eux. En 2013- 2014, plus de 250 000 techniciens et artistes étaient inscrits. Chez M6, ils représentent près de 21 % de l’effectif. En 2013, une vingtaine d’intermittents ont été recrutés. Le groupe Canal+ quant à lui a employé 350 intermittents en 2014, soit 9 % de son effectif. Euro Disney a sollicité plus d’un millier d’artistes pour les parades et spectacles. De son côté, Radio France a signé 6 000 contrats.

Qui plus est, l’ancienne présidente du Mouvement des entreprises de France (Medef) voit cette hausse comme un « rayonnement et l’attractivité » de notre pays.


Téléchargez notre Guide Pratique