Parole de Pro: Attachée de Production et Chargée de Diffusion

Interview de Marie Brugier, attachée de production et chargée de diffusion pour 2 compagnies de théâtre. 

.

Pouvez-vous présenter votre projet, votre structure, vos activités?

Je suis attachée de production pour la Compagnie Interligne, et chargée de diffusion pour la Compagnie du Grand Désherbage, toutes 2 basées dans l’Indre-et-Loire. Ce sont des compagnies de théâtre professionnelles avec une longue existence et expérience (plus de 20 ans).

La compagnie Interligne (direction artistique : Christine Mariez et Emmanuelle Trégnier) crée en moyenne un spectacle par an, elle diffuse ses créations surtout au niveau régional. Parmi nos activités également, les lectures théâtralisées auprès des personnes âgées et dans les médiathèques, l’encadrement d’ateliers théâtre auprès des scolaires. La création, la diffusion et la sensibilisation culturelle sont les trois piliers de notre projet.

La compagnie du grand Désherbage (direction artistique : Denis Wetterwald) a sensiblement les même activités et les mêmes objectifs, même si le répertoire est différent. Je gère pour la compagnie Interligne la communication, la production, la diffusion des spectacles et des activités ; et aussi l’administration générale. Pour le grand Désherbage, je gère surtout la diffusion des spectacles. A côté, (car malgré tout, cela ne représente pas un plein temps), j’ai créé mon auto-entreprise en tant que chargée de communication.

.

Quelle forme juridique avez-vous choisi pour développer vos activités, et pour quelle raison?

Les deux compagnies ont le statut d’association loi 1901. C’est le statut le plus approprié dans ce cas, pour pouvoir notamment recevoir des subventions publiques. Les bénévoles de l’association sont aussi très actifs et volontaires lors des événements organisés. Mon activité de chargée de communication se développe en auto-entreprise, ce statut était le plus approprié dans le cas d’une activité complémentaire et représente moins de risques pour le lancement d’un nouveau projet professionnel.

.

Quelles ont été vos principales difficultés au départ, quelles sont-elles aujourd’hui?

Les principales difficultés, encore aujoud’hui, sont la vente des spectacles et le financement des activités. La compagnie Interligne est une compagnie subventionnée (mon poste fait d’ailleurs l’objet d’un Cap Asso de la Région Centre), mais les subventions sont à la baisse dernièrement, les budgets alloués à la culture ayant été amoindris. La vente des spectacles et autres activités ne suffiraient pas à faire tourner la compagnie et à rémunérer une salariée. Nous sommes donc assez dépendants des subventions. Je suis aussi confrontée au problème de diffusion des spectacles hors de la Région Centre, certaines créations tournent peu. Les programmateurs se déplacent peu ou plus, nous avons du mal à montrer notre travail aux professionnels, à élargir notre réseau. C’est un vrai cercle vicieux.

.

Comment les surmontez-vous?

C’est un travail de relations publiques important, je me déplace tant que possible aux événements regroupant les professionnels du spectacle (Régions en scène, Chaînon Manquant…) et j’entretiens ensuite le contact, afin d’installer une relation de confiance. Cela demande du temps et de la patience.

.

Comment communiquez-vous auprès de votre public? Quels canaux utilisez-vous ?

Pour les compagnies, j’élabore une newsletter mensuelle envoyée par mail à tous nos réseaux. Je mets aussi à jour les comptes facebook, twitter et viadeo. Je mets nos événements sur les agendas en ligne locaux et nationaux et j’entretiens les relations presse (communiqué, dossier).

.

Comment vous y prenez-vous pour démarcher les structures et trouver des dates pour vous produire?

J’invite par mail (sauf pour les nouvelles créations, par courrier) les programmateurs et je les relance ensuite par téléphone. Un vrai travail de commerciale. J’essaie aussi de décrocher des rendez-vous afin de rencontrer les responsables de salles et me faire connaitre.

.

Avez-vous des conseils à donner aux artistes, des astuces ou des bons plans à partager?

Je pense que la clé dans ce travail et une bonne organisation et ténacité. Le relationnel est très important également. Le démarchage par téléphone n’est pas évident car il faut trouver le bon équilibre pour ne pas verser dans la harcèlement.

Mon conseil : ne pas se décourager ; une date décrochée peut être le résultat d’une année de travail voire plus, c’est frustrant sur l’instant mais gratifiant sur le long terme, alors patience… Et aussi : bien soigner sa communication et utiliser les outils actuels pour rester à la page (réseaux sociaux, vidéos…).

Enfin : se montrer, se déplacer sur les événements culturels locaux.

.

.


Téléchargez notre Guide Pratique

A propos de l'auteur

Christophe Belzunce
Auteur, webmaster, et consultant en développement artistique spécialisé dans le spectacle vivant: diffusion, communication, partenariats...

Poster un commentaire

Votre adresse email n'apparaîtra pas. Les champs obligatoires comportent un astérisque *