Faites tourner votre spectacle…comme par magie!

Abracadabra! Eh boum, je fais apparaître le super témoignage d’un professionnel de la magie. Découvrez les conseils de l’association Magic Arts, qui devraient intéresser non seulement les apprentis sorciers (pardon… magiciens), mais également tous ceux qui cherchent à développer leurs activités artistiques.

.

– Pouvez-vous présenter votre projet, votre structure, vos activités?

.
Magic Arts propose des spectacles de magie pour enfants et adultes pour tout événement: magie animalière, magie visuelle, magie humoristique et grandes illusions.
Des formules ‘Jeune public‘ pour enfants à partir de 3 ans sont également proposées: ces formules sont très demandées auprès des écoles maternelles et pour les fêtes familiales.
Pour les anniversaires, communions, mariages, animations de rues, fêtes scolaires, fêtes médiévales, braderies, fêtes d’entreprises… Magic Arts propose des concepts ‘clés en main’
Nous proposons également des ateliers d’initiation dans les domaines du cirque, de la magie et du théâtre. Ces ateliers et stages se déroulent en période de vacances mais aussi durant l’année scolaire. nous intervenons auprès d’écoles, centres culturels, comités de quartier…
Notre site: http://www.magic-arts-lessines.com.

.
– Quelle forme juridique avez-vous choisi pour développer vos activités, et pour quelle raison?

.
Magic Arts est une ASBL (équivalent belge de l’association Loi 1901) qui soutient des personnes à mobilité réduite. C’est pour cela que nous proposons des interventions auprès de divers organismes: ALTEO, « le Cerceau », « Ecoliers du Monde ». L’ASBL est soutenue par des artistes de tout milieu mais principalement des magiciens. Aussi, chaque année, Magic Arts propose un gala de magie et un festival Halloween dont le coût d’entrée est gratuit. Le but: ouvrir la culture du spectacle à un public large. Nous pouvons donc nous produire aussi bien dans des quartiers dits populaires ou pour de grosses entreprises. La plupart des artistes travaillant avec nous sont professionnels. Nous utilisons le système de contrat via la SMart (Société Mutuelle pour artistes) qui s’occupe de l’aspect administratif.

.
– Quelles ont été vos principales difficultés au départ?

  • Apprendre les ficelles du métier,
  • L’investissement en matériel (nos premières prestations ont servi à l’achat de ce dernier).
  • Combiner le temps plein (toujours dans le secteur socioculturel) avec l’activité accessoire.
  • Passer ensuite au mi-temps pour permettre une transition.
  • Puis le regard des autres face au plongeon dans l’univers artistique à temps plein.
  • Au vu des lourdeurs administratives, et du regard que les gens ont du métier, il n’est pas évident de tirer son épingle du jeu…
  • La concurrence rude, parfois déloyale, qui peut donner une mauvaise image du métier. On peut tous commencer, mais il y a un cheminement et surtout une expérience de travail à acquérir, notamment par une formation continue. Il devrait exister une charte, un label de qualité qui protège les artistes qui en vivent.

.
– Comment les avez-vous surmontées?

  • Un moral d’acier,
  • Une qualité de travail qui a fait que le public nous fait confiance au fur et à mesure des années,
  • Plusieurs investissements dans la communication.
  • Une promotion régulière (qui n’est pas encore au top).

.

– Quels sont les outils et méthodes que vous utilisez pour développer vos activités?

  • Flyers,
  • Newsletters,
  • Un site Web bien référencé et surtout bien structuré.

.

Avez-vous des conseils à donner aux artistes ou professionnels comme vous, des astuces ou des bons plans à partager?

.
Au niveau des professionnels, on en a marre des bricoleurs qui cassent l’image du métier. Si vous avez une passion, pratiquez-là chez vous et entre amis. Et surtout avant de faire le premier pas, ayez une bonne formation de base en contacts humains et dans la branche que vous voulez proposer. N’ayez pas peur de mouiller votre chemise et de faire des heures pour un travail qui au final est peu gratifiant financièrement, sans oublier le fait qu’on peut être vite oublié grâce à cet outil qu’est Internet.

.

En résumé:

  • Diversifiez votre offre (cours, stages, spectacles, ateliers…) pour toucher différents publics,
  • Tissez des liens étroits avec d’autres artistes pour mutualiser les ressources et organiser des événements importants,
  • Engagez des actions envers les personnes défavorisées,
  • Démarquez-vous des amateurs ou de la concurrence au sens large par la qualité de votre travail,
  • Munissez-vous des outils indispensables à la promotion de vos spectacles: un bon site Web, des Newsletters, des flyers, etc
  • Et accrochez-vous!

.


Téléchargez notre Guide Pratique

A propos de l'auteur

Christophe Belzunce
Auteur, webmaster, et consultant en développement artistique spécialisé dans le spectacle vivant: diffusion, communication, partenariats...

Poster un commentaire

Votre adresse email n'apparaîtra pas. Les champs obligatoires comportent un astérisque *