Congé maternité : fonctionnement pour les intermittents



En tant qu’intermittente, vous avez droit à des congés maternité, comme toute autre salariée. Vous percevez également des indemnités journalières, mais sous certaines conditions. Ci-dessous, vous trouverez les règles de la Sécurité sociale concernant le droit à l’indemnité et le calcul de l’allocation maternité.


Pour bénéficier de ces indemnités journalières, vous devez avoir une ancienneté de 10 mois d’immatriculation en tant qu’assurée sociale, à la date prévue de l’accouchement. De plus, vous devez avoir cumulé 150 h de travail sur les 3 mois précédant le début du congé.

 

Le montant de l’indemnité est égal à votre salaire journalier de base. La somme est versée tous les 14 jours par votre caisse d’Assurance maladie.


Néanmoins, les indemnités journalières versées ne sont pas cumulables avec les allocations suivantes :

 

  • Indemnités versées pendant un arrêt de travail pour maladie, accident du travail ou maladie professionnelle
  • Complément de libre choix d’activité de la prestation d’accueil du jeune enfant à taux plein
  • Complément de libre choix d’activité de la prestation d’accueil du jeune enfant à taux partiel le mois d’ouverture du droit
  • Allocation journalière de présence parentale (AJPP)
  • Allocations versées par Pôle emploi.

 

En effet, un congé maternité influe sur la situation Pôle emploi. Si le congé est pris en charge par la Sécurité sociale, vous perdez automatiquement les paiements effectués par Pôle emploi. Par conséquent, le congé maternité indemnisé peut valoir 5 h par jour dans la recherche des 507 h. Il faut noter également que ce ne sera pas comptabilisé dans le calcul de la future allocation. Il y a donc un risque que le taux chute. Voilà pourquoi, un réexamen anticipé est fortement conseillé.

 

Par ailleurs, une femme enceinte n’est pas toujours éligible à l’indemnisation de la Sécurité sociale. Il est important de vérifier que vous satisfassiez aux conditions requises pour voir si vous pouvez y prétendre. Comme vous êtes intermittent, pensez à bien vous renseigner sur tous les cas susceptibles d’être indemnisés par la Sécurité sociale.


Téléchargez notre Guide Pratique