Cachet intermittent du spectacle

L’expression « courir le cachet » consistait auparavant à faire tamponner une carte pour enregistrer le nombre de fois qu’un intermittent exerçait une activité. Au fil des années, ce principe s’est traduite en rémunération pour les artistes et techniciens du spectacle. Dorénavant, les professionnels du spectacle doivent travailler 507 heures pour bénéficier de la rétribution d’intermittent. Découvrons ensemble comment « courir le cachet » de l’intermittent :


Contrat valide

Pour que vous soyez employé comme intermittent du spectacle, il est impératif que l’entreprise possède un code APE ou code NAF (code à 5 caractères attribué par l’Insee) validé par l’Assurance chômage. Votre fonction en tant qu’intermittent doit également être reconnue.

En ce sens, il faut veiller à ce que l’employeur ait un bon code NAF et que vous êtes embauché en fonction d’un contrat valide, pour un vrai poste d’intermittent du spectacle. Ces critères sont déterminants dans l’analyse de votre dossier par Pôle emploi pour que les heures et le salaire soient pris en considération.


Une attestation employeur mensuelle (AEM) conforme

Le contrat d’un intermittent du spectacle est en effet traduit sous forme d’une Attestation employeur mensuelle (AEM). Ce document aide au décompte des heures et des salaires pour évaluer votre situation et faire le calcul des rémunérations quotidiennes. Toutefois, il est avisé de bien vérifier qu’il respecte bien les critères requis.


La paie de l’intermittent

Normalement un intermittent est un salarié avec un contrat à durée déterminée (CDD). Dans certains cas, l’employeur a recours à un CDDU, ou CDD d’usage, en fonction de la nature temporaire des activités.

Ce contrat, jugé spécifique, soumet les 2 acteurs principaux (employeurs et intermittents) à des règles de droit du travail qui régit l’emploi intermittent. En ce sens, sur le bulletin de paie, les cotisations sociales sont prélevées et versées aux organismes responsables (assurance, retraite…) de les collecter.


Le calcul des congés spectacles

En effet, une part du salaire d’un intermittent est versée dans le compte des congés payés. Collectés par une caisse, 10 % des salaires perçus (correspondant aux congés payés) sont reversés.


Auto-entrepreneur et emploi intermittent

Pour exercer en toute sécurité, il est recommandé, voire obligatoire d’être déclaré. Sinon, vous ne serez pas couvert en cas d’accident.

Concernant l’auto-entrepreneur, il faut savoir qu’il n’est pas assujetti au versement des cotisations sociales. En revanche, il ne gagne pas plus que ce qu’il gagne en salaire net – par le biais d’un contrat.



Téléchargez notre Guide Pratique